Comme une envie de changement

Et puis parfois, on a envie de changer, changer de tête, changer quelque chose, et que ce soit radical, de couper court à toute discussion, envisage de décapiter l’araignée collée à notre plafond.

On reconnait les signes, connait les raisons, coupe les cheveux en quatre, les accuse de tous les maux, les dit indomptables.

On se prend la tête, rien ne va plus, les petites rides aux coins des yeux, l’amertume au bord des lèvres, le miroir ne revoit qu’une nous en pire. A l’intérieur, ce n’est pas mieux. Dans sa boîte, le cerveau miteux mité broie du noir, envahi de sombre pensées. Qu’on lui coupe la tête, qu’on lui coupe la tête !

Et puis l’on se penche, sur le reste, les restes de notre corps, et s’écrie olala. Olala quel désastre, c’est quoi ce ces trucs, comment peut-on en arriver là ?!?! On envisage les grands travaux, fait une estimation, temps/énergie/argent, dresse un devis. Olala, oh mon Dieu, toute une vie de labeur et d’abnégation n’y suffira pas. Qu’on lui coupe le corps, qu’on lui coupe le corps. En rondelles, menu menu. Et que l’on jette le tout aux orties, que l’on nous en file un autre, on n’aurait rien contre un échange standard.

Putain, maintenant on le sait, se sait bonne pour la refonte, on ne s’aime plus. Au fil du temps on s’est transformée en un vieux machin écervelé tout juste bon pour la refonte.

Alors, on fait quoi, hein, on fait comment. Ben, on fait avec, ou on fait sans et l’on avance feignant la légèreté, et puis l’on sait que demain, on aura oublié

IMG_3400

Publicités

9 réflexions au sujet de « Comme une envie de changement »

  1. Ah oui, malheureusement, on passe parfois par ces moments-là où on voudrait tout effacer et tout recommencer… Une bonne coupe de cheveux et une coloration pour oublier les soucis : c’est ce que j’ai fait la dernière fois et ma foi, je dois dire que ça m’a mis du baume au coeur…

  2. tu as toujours les mots décidemment… ces mots (maux..) dans lesquels on peut toutes se retrouver. Des pensées, des bisous, tout ce qui peut rendre demain encore plus léger. Ce matin en sortant de ma séance, j’ai longé le couloir, ma main sur ma tête qui me faisait mal et le moral en vrac et il y a eu une petite fille toute blondinette, elle ne devait pas dépasser les 2 ans, qui m’a fait me retourner, parce que d’une toute petite voix, elle m’a dit simplement bonjour, avec un grand sourire de grande. J’ai souri tout le long de ce service qui me sort par les yeux. Petite fille adoucisseuse de maux, qui met des couleurs dans cette tête qui me faisait mal, dans tous les sens du terme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s