Aujourd’hui

Aujourd’hui enfin s’achève entraînant avec lui cette semaine, cette semaine qui s’en va tirer sa révérence, ce mois de mai de fous, où il nous a fallu nous couvrir et pas que d’un fil, ce mois de mai et ses excédantes froidures, ce mois de mai où l’on se doit de se souvenir de commémorer, où nous nous serions plu à faire ce qui nous plait, et avons dû nous satisfaire de faire notre possible.

20130524-204022.jpgEt dans ma rue j’ai croisé d’optimistes touristes, des qui avaient consulté et cru aux valeurs saisonnières, en shorts tees barioles pressant le pas marchant à grandes enjambées mollets rosis par le froid cinglant du mistral. J’aurais aimé les intercepter, leur présenter mes excuses de ce manque d’hospitalité de savoir vivre, les inviter à revenir plus tard bientôt lorsque notre climat se montrera plus clément. Mais bon eux comme moi étions pressés de nous en aller nous mettre à l’abri, en finir avec ce cauchemar et nous réchauffer.

Publicités

J’aime pas les parcs à touristes

J’aime pas Montmartre, sa place du Tertre. J’aime m’y promener à deux heures du matin, j’aime pas être aborder par des êtres qui veulent me croquer, et me proposent une « exquise » (sic). J’aime pas les restos qui se prennent pour des institutions, qui se la jouent typiques, folkloriques, exotiques, servent la soupe au prix du caviar à des Japonais exténués s’écriant (sic) extatiques « ça c’est Paris! ». J’aime pas être traitée en touriste, me faire prendre pour une conne. J’aime pas les flonflons l’accordéon. J’aime pas Daniel Guichard, André Verchuren.

Image

J’aime la Rue des Abbesses, j’aime la Butte aux Cailles, j’aime Belleville, le Canal Saint-Martin. J’aime que ça grouille, que ça vive que ça grouille. J’aime le quartier Oberkampf. J’aime m’y poser dans un bar, me couler dans une banquette, commander un ballon de blanc et pour quelques instants oublier que je ne suis qu’une touriste.

IMG_0470