Et l’on s’exerce à la patience

Bon, Evelyne nous a prévenus, c’est un week-end off, un week-end à plonger dans les flaques, à prolonger sous la couette. Nous sommes adultes, nous en avons vu d’autres … Mais plein les bottes … Et l’on boude.

On remet tout en cause, sa vie, son sens, celui du régime que l’on a entrepris pour entrer tout en finesse dans la robe estivale repérée sur le net et pour laquelle on économise son argent, pas ses efforts. On aurait même une pensée pour les commerçants, nos vils tentateurs, guettant le client, stoppant le réassort. On se console à la pensée que dans un mois ce sont les soldes, que dans un mois peut-être, le soleil nous sera rendu, que dans un mois nous seront sorties de nos oripeaux hivernaux élimés, assoiffées de nouveautés déjà périmées.

20130525-151954.jpg

Publicités

Aux armes acheteuses !

 

C’est parti, ce sont les soldes, la journée la plus sportive de ce début d’année, celle au cours de laquelle la plus respectueuse des femmes peut se transformer en guerrière sans foi ni loi, pour laquelle il nous faut fourbir nos armes.

Il est tôt. Suis prête. Mon temps m’est compté. Je sais très exactement ce qu’il me faut, et pour cela j’ai revêtu ma tenue tout terrain. Jupe, Tshirt, collants opaques, shoes solaires. L’idéal pour se dépoiler en un mouvement, essayer tout objet de désir, sans peur du ridicule. Vous avez déjà vécue la sortie de la cabine enveloppée dans une jolie petite robe, celle qui vous fait une silhouette de rêve, ne peut que vous transformer en lumineux objet de désir, et vous découvrir en socquettes et tennis éculées. Ne vous reste qu’à remercier la chance, qu’aucun poil ne dépasse de l’élastique qui vous étrangle le mollet.

Y a aussi l’option robe retroussée sur la jupe crayon, celle qui se doit de vous faire une taille de guêpe, alors que dans le miroir vous découvrez la bonne femme Michelin !

L’expérience a du bon. J’en ai retenu la leçon. Me voici parée à toute éventualité.

Il est tôt. Je suis prête. GO GO GO !

eab21eee591811e2bf3622000a9f1886_6

Veillée d’armes

Je le sais, vous le savez, les soldes après les fêtes, c’est un peu comme l’épiphanie et son gâteau après les agapes de fin d’année : superflu et pas raisonnable.

Oui mais voila, nous les femmes (et certains hommes que je connais aussi) ne sont jamais repus, satisfait toujours en quête de la perfection, de l’objet rare, et nous ne sommes pas sans l’ignorer, ce qui est rare est cher. Et vous vous souvenez je suis snob. Et fauchée.

Donc, depuis un certain temps, voire un temps certain, j’arpente les boutiques et les corners hors de portée de ma bourse rabougrie mais non de ma convoitise viscérale. Suis en repérage, en égrainant des chapelets de prières à la Bonne Mère : Oh la Sainte faites qu’elle sache m’attendre cette petite robe, ce pull, ce … Bref, je lui ai fais ma liste, lui rappelle que j’ai été sage, que je travaille dur, que je n’ai pas rayé la voiture du voleur de place mal embouché, pas envoyé bouler les fâcheux à la bise baveuse.

Dans quelques heures, ce sont les SOLDES et je saurai si j’ai été entendue …

IMG_0486