A la croisée de nos chemins

C’est une histoire ordinaire de désespoirs que l’on devine et s’empresse d’oublier, que l’on rejette de notre mépris apeuré. C’est une histoire de filles, ces filles que nous ne nommons pas, parce que ces filles là, n’appelons pas putes nous sommes politiquement corrects, que je croise et vois du haut de mon étage

C’est l’histoire d’une fille, une arpenteuse de mes rues, à la silhouette juvénile au visage fatiguée. C’est une arpenteuse inlassable de mes rues souillées, une gentille aguicheuse qui vend ses tristes et maigres charmes enveloppés de volants. C’est l’histoire d’une fille sur le visage de laquelle on pourrait lire à livre ouvert des histoires incrustées dans les chairs, alors que nous détournons le regard.

C’est l’histoire d’une fille dont j’ai surpris une conversation. Je lui tenais la porte qu’elle n’arriver à se décider à franchir. Elle était accompagné d’un homme au regard noyé dans l’émotion. Il l’incitait à se décider, l’encourageait de mots caressants. Je ne PEUX PAS lui disait-elle. Un accent ensoleillé faisait vibrer ses cordes vocale, elle répétait, je ne PEUX PAS, tête baissée sur son corps fragile, montrant de ses mains son petit short ses jambes découvertes. Il a crié presque silencieusement, un sanglot lui déchirant la voix,mais, mais je t’aime moi, viens. Il a enveloppé son corps d’oiseau migrateur d’un bras protecteur, lui a donné l’impulsion et le courage de franchir le seuil.

C’est l’histoire d’une fille, et celle d’un garçon, une histoire d’amour ordinaire et bouleversante. C’était une demande en mariage, qu’ils s’apprêtaient à publier, une main tendue, la renaissance de l’espoir.

C’était l’histoire d’une fille que je souhaite ne plus croiser, ou enfin femme empressée et souriante, anonyme et heureuse.

20130501-172312.jpg

Publicités

Dégâts collatéraux que l’on n’avait pas vus venir

Il est de mes amis qui en couples depuis des années subissent les attaques à répétitions de fétards attardés en manque d’agapes, qui sans cesse leur demandent alors c’est quand que vous vous mariez.

Il est des amis, des malins des futés qui avaient trouvé la parade, et ostensiblement répondaient, par solidarité avec la communauté homosexuelle, nous attendons que ce même droit leur soit accordé.

Maintenant les voilà bien dans la mouise.

A mon tour de les presser, il est chez Côtélac une robe dans laquelle je serais la plus belle pour aller danser, de leur demander la date de leur mariage, avant qu’ils ne trouvent une nouvelle parade …

20130501-175621.jpg

Est-il bien raisonnable d’accorder le divorce aux homos ?

Ben oui quoi, je m’interroge, c’est pas chrétien ?

Voilà des semaines qu’ils nous courent sur le haricot (il est des expressions qui me laissent pantoises, et que par pur esprit de contradiction j’affectionne particulièrement), donc des semaines que l’on assiste à des joutes verbales au sujet du mariage homo.

Certe, c’est internationalement connu, en chaque Français se tient férocement éveillé un démocrate et néanmoins polémiste invétéré. Enfin, dans le meilleur des cas.

Le problème est dans cette situation lorsque le réac religieux s’invite au débat, et se croit autorisé à parler au nom de leur dieu. Porte-parole de Dieu semble être un boulot qui ne connait pas la crise.

Et de manifester et de crier au nom de, en référence à, pour la protection de :

– la famille

– la tradition

– notre civilisation

– nos valeurs judéo-chrétiennes

….

En gros les mêmes excellentes raisons qui les avaient déjà amenés dans la rue pour manifester contre la PACS, qui si vous vous en souvenez avait été rebaptisé « la mariage à pédés ». Même causes, même menace de disparition telles Sodome et Gomorrhe. Et puis oh surprise, l’Apocalypse, version chrétienne de la fin du monde n’est pas advenue, moins de 20% des PACS signés le sont par des couples homos.

Après ce coup d’épée dans l’eau, revoilà les cathos en colère. Eux qui prônent le mariage, se devraient d’être ravis de trouver de nouveaux adeptes à cette pratique quelque peu désuète aux yeux de beaucoup. Oui, mais là où pour le commun des mortels le mariage est synonyme d’amour, les cathos eux le font rimer avec enfant. Souvenez-vous du « croissez et multipliez-vous » biblique, d’une époque où la surpopulation n’était pas d’actualité. Donc si les homos veulent se marier, c’est bien évidemment pour avoir des enfants. Enfin pour les homos cathos. Les autres eux n’ont attendu ni les lois ni le mariage pour passer à l’acte, enfin, à l’adoption à l’insémination, ou que sais-je encore, et dont je me fous, cela ne me regarde en aucun cas.

Car le mariage, la sexualité entre adultes consentants, et la religion sont du domaine de la vie privée, ne me ne nous regarde pas, ni même la grenouille de bénitier, dont je ne vois pas en quoi le mariage de Pierre et Paul va pouvoir mettre en danger sa vie éternelle. Rappelons pour info, que la France est régie par la règle de la séparation de l’église et de l’état, et qu’en aucun cas il n’est demandé aux prêtres, religieux de célébrer des mariages homos. Parfois, je doute que tous l’aient compris …

Cette loi va passer, il ne peut en être autrement. Restera à nos gardiens de traditions, une lutte à entreprendre : NON AUX DIVORCE DES HOMOS !

0dbdd9fa5e8211e29f7222000a9f130b_6-1