Intérieur nuit

des portes ouvertes comme un corps éventré, une lumière crue et blafarde vomie sur le pavé déverse sur mon trottoir ses couleurs d’un autre âge, et me transporte dans un tableau de Hopper. Et soudain j’oublie le port, l’air chargé d’iode, la sueur qui suinte de mes pores, mon corps qui luit sous les réverbères, j’oublie les cris les rires les conversations aux terrasses, m’empare de l’appareil qui a cessé de battre ma hanche, fixe mon objectif, règle appuie photographie. Surtout ne pas oublier, me souvenir le temps de mon éternité

20130716-225449.jpg

Publicités

Une réflexion au sujet de « Intérieur nuit »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s