Ransom de Jay McInerney, ou on fait comment lorsque l’on n’aime pas ?

Voilà, j’ai achevé la lecture de Ransom de Jay McInerney. Enfin, ai-je honte de rajouter, enfin parce que ce fut pénible, difficile de tourner les pages de chapitre en chapitre dans l’espoir jamais assouvi, qu’enfin il se passe quelque chose, une action palpitante, un événement surprenant.

En quelques mots l’histoire : Kyoto, 1977, Ransom jeune Américain, fuit le poids et la culpabilité de son passé, en s’adonnant jusqu’à la mortification au karaté, alors que son père pur produit hollywoodien semble prêt à tout pour lui faire regagner le bercail. Alors certes, l’écriture est magistrale, les descriptions des heures d’entraînement, de formation,  chirurgicales. Et froides. Et donc chiantes.

Cette opinion n’est que personnelle, à aucun moment je ne dirais qu’il s’agit d’un mauvais livre, seulement d’un livre que je n’ai pas aimé, un roman qui ne m’a donné aucun plaisir.

Mais bizarrement à aucun moment je n’ai envisagé de laisser tomber la poursuite de cette histoire, ce que j’avoue m’arriver … rarement … par respect pour l’auteur, celui de sa sueur, de l’arbre abattu, de tous ceux qui ont lu et qui ont apprécié. J’ai même achevé (et là je sais que je ne vais pas me faire que des amies) « Si c’était vrai » de Marc Lévy. Un calvaire pour tout amateur de belle ouvrage, qui a mes yeux n’a qu’une qualité … Celle d’être rapide à lire …

Donc vous l’aurez compris, je n’ai pas aimé Ransom, mais ne vous déconseillerais cependant pas la lecture, ni celle des Lévy (quoique …), et découvrirais avec délice vos critiques et votre opinion.

20130707-192418.jpg

Publicités

3 réflexions au sujet de « Ransom de Jay McInerney, ou on fait comment lorsque l’on n’aime pas ? »

  1. Pfiou tu as du courage. Quand un livre ne me plait pas, je n’arrive pas à le finir, il reste sur ma table de chevet et suis capable de rester 3 semaines sans l’ouvrir, j’essaie de me dire « mais si allezzzz » et puis au final, si je veux recommencer à lire, il vaut mieux que je choisisse autre chose. Ceux que j’achète, en général, ce sont des livres dont j’ai entendu parler par beaucoup de monde, donc çà va, mais c’est pas pour rien que je vais à la bibliothèque. Un résumé me plait, bon ben je tente, parfois j’abandonne parce que c’est presque un calvaire d’ouvrir le bouquin, mais çà ne fait rien puisque je sais que je vais le redéposer et qu’il plaira à d’autres. Ce que je n’aime pas à la bibliothèque, ce sont les taches, dans certains livres… là, oui, le respect pour l’auteur, çà me touche, il est sali. Bon, ben Jay, ne t’attend pas à être dans la bibliothèque perso de Minnie 🙂

  2. Dans Comme un roman, Daniel Pennac énonce les droits du lecteur dont celui de… ne pas finir un livre ! perso, j’ai beaucoup de mal mais ça m’est déjà arrivé… je n’est jamais lu McInerney??? par contre, je ne peux que te rejoindre sur Levy…

  3. Lorsqu un livre me deplait je ne poursuis pas, jm pas me forcer et pour levy je partage votre avis. Bon week end aupres de ceux que vous aimez. Grosses bises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s