Parler de tout

On peut parler de tout, mais pas n’importe comment, on peut parler de tout mais pas avec n’importe qui, on peut parler de tout mais pas tout de suite. Enfin moi, moi je peux vous parler de presque (oui la physique quantique m’échappe encore) tout, d’une lessive, de livres, d’un dessert crapuleux, mais lorsqu’un sujet me trouble plus que de raison, lorsqu’une émotion bonne ou mauvaise me submerge, il me faut prendre du temps et mes distances, et faire le tri dans les débris du tsunami, réaliser que ce ne fut qu’une vague amplifiée par notre imagination, imagination pervertie par mes névroses.

Dans les cas graves je me prescris l’isolation sous une couette et un masque de beauté, sur le visage, les cheveux, me rends invisible, infréquentable, un livre, une vidéo, et laisse errer mon cerveau, s’effectuer son travail de défragmentation. Un apéro entre personnes de compagnie n’est pas proscrite, parler de tout et de rien, écouter en sirotant n’est pas contre-indiqué à la réparation, et si j’ai des principes ils se sont assouplis au fil du temps …

Car tout ce que je demande, tout ce qu’il me faut, ce sont 48 petites heures, 48 petites heures de digestion, 48 petites heures pour me nourrir de mes joies de mes peines, reconnaître leurs racines dans mon passé, les intégrer à mon vécu, en enrichir mon avenir.

Et repartir

20130707-155131.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s