Je suis une princesse, je m’en suis allée faire les soldes sur mon destrier blanc

Je m’en suis allée faire les soldes, et me suis étonnée. Je me suis surprise, moi la discrète surnommée la veuve corse par mes amis, à remplir mon escarcelle, enfin mon sac rose, de tissus chamarrés.

D’un seul regard, j’étais séduite, ma décision prise, il me les fallait, toutes ses couleurs douces et vives, dans lesquelles je me plaisais à me découvrir étrangement jolie.

J’ai découvert aimer le parme, et le rose, et le rouge aussi, je me découvrais solaire, rayonnante, et souriante aussi. D’autres l’ont vu, l’ont dit, sans en découvrir la cause, si futile, si essentielle, d’autres ont vu, constaté que j’avais changé, sans en comprendre vraiment la cause, pas plus que moi, qui n’en vois que les effets

20130627-002919.jpg

Publicités

Une réflexion au sujet de « Je suis une princesse, je m’en suis allée faire les soldes sur mon destrier blanc »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s