L’apero villageois

Comment vous dire sans passer pour une pouffe de citadine, ce que sans doute aucun je suis, mais je n’aime pas la campagne. Ou bien à petites doses, voire homéopathiques, et en bonne compagnie, amoureux, amis, copains …
Croyez moi, je m’y suis essayée, j’ai fait des efforts, j’y ai même presque vécu mais il fut un temps, mais force est de constater l’évidence entre elle et moi, c’est une question d’incompatibilité. Pour le dire plus clairement à la campagne, plutôt tôt que tard je finis toujours par me faire chier pardon m’ennuyer. Faut me comprendre, pas de librairie, pas de cinéma, pas de théâtre,la culture se trouve dans les champs, sous une forme à laquelle invariablement je me révèle allergique.
Certains se croient investis de la mission qui si je les en crois ne peut qu’échanger ma vie, en mieux : me convertir à la campagne, me transformer en belle des champs …
Et de m’inviter dans un village qui s’autoproclame ville, et de me faire découvrir les charmes du quotidien fait de simplicité et de convivialité. Et je baille et m’en retourne à mes lectures, à mes écritures, à mes recherches sur le net, bref je prends la suite, dans l’attente de me faire la belle.
Et puis ce soir, alors que je sentais la bouderie pointer le bout de son nez, on
m’a proposé de m’en aller prendre un verre, un apéro dehors … En immersion, dans les effluves anisées et enfumées, touristes amusés, et finalement hilares parmi les autochtones, quelque peu avinés, joyeux, chaleureux, déterminés à prolonger la nuit jusqu’au bout de la nuit, enfin 21h … Celle de la fermeture du troquet …

20130509-211216.jpg

Publicités

4 réflexions au sujet de « L’apero villageois »

  1. Je te comprends tu sais. Je suis aussi une citadine, enfin sans être bégueule. Alors la campagne pour moi, c’est seulement de temps en temps et à très petite dose…

  2. Moi, je vis à la campagne…et on peut aussi s’y amuser…et dans ma campagne, il y a aussi des représentations d’opéra, un cinéma dans mon village de moins de 1000 habitants, des concerts juste à coté trés souvent, et toussa, quoi…et même un espace culturel dans ma grande surface préférée, ou je trouve presque autant de choix qu’au Cultura de la ville la plus proche (70 km).

    et d’un autre coté, mon fiston peut aller se balader avec ses copains en vélo ou autre, y’a pas de délinquance, etc…

    oui, on s’y ennuie…comme on peut s’ennuyer partout…

    • J’entends, comprends, je m’y suis essayé … 12 ans ! Autre temps, autre vie, autres conditions. Je m’en suis retournée à ma grande ville natale, ma source, ma culture. Chez moi quoi. Tout est bien ainsi, pas idéal, pas toujours facile, mais j’ai les codes …
      Bises citadine à une heureuse campagnarde 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s