Vous reprendrez bien un petit coup de gueule ?!?

Vous commencez à en avoir l’habitude, mais parfois je me demande si je suis la seule à trouver certaines choses bizarres, et d’autres révoltantes. Alors je partage mes interrogations sous forme de coups de gueule, et vous interroge, attends vos réactions.

L’objet de mon courroux je l’ai trouvé sur une page glacée du M magazine le supplément bobo du Monde, un magazine saturé de publicités luxueuses sur lesquelles mes yeux ont pris l’habitude de glisser afin de m’éviter la nausée. Mais celle-ci ils n’ont pu me l’éviter.

Ben oui, faut reconnaître qu’elle est belle et inhabituelle, et me suis demandé ce dont elle pouvait bien faire la promotion. Alors j’ai lu. Et j’ai bondi.

Ceci est une invitation à découvrir la Malaisie, et plus particulièrement les tribus du Sarawak, je cite « jadis redoutables chasseurs de têtes » qui vous accueilleront avec chants, sourires et … vin !

Là j’avoue, j’ai eu la gerbe. La mondialisation a transformé des peuples isolés et libres en prostitués pour richards blasés, la jungle en Club Méd en immersion, les voyages au bout du monde sans rien changer à ses habitudes.

Alors moi je dis que si l’on veut voyager sans rien changer à ses habitudes, y a Vichy ou Oppio, ou encore si vous avez vraiment besoin d’exotisme, Saint Tropez. Aucune surprise, pas de risque de phlébite durant le voyage, de tourista durant le séjour …

 

9fd535f293ae11e2bfbf22000a9f1935_6

Publicités

6 réflexions au sujet de « Vous reprendrez bien un petit coup de gueule ?!? »

  1. Je n’ai pas vu cet article mais si je peux me permettre, étant mariée à un malaisien et connaissant un peu le pays, le vin de riz est une boisson traditionnelle des Sarawak et le tourisme est pour eux un gagne-pain sans lequel ils ne pourraient pas continuer à garder leur mode de vie. Ils accueillent les touristes dans les maisons longues traditionnelles et leur font partager leurs coutumes.

    • Mon problème est que ce n’est pas un article mais une publicité, coincée entre celle pour Chanel et de Vuitton, où un peuple est objetisé, livré avec toute option, vin et sourire. Après tes explications je comprends, ce qui n’était pas le cas de ces quelques lignes formatées et glacées comme le papier.
      Merci de ton passage et de tes lumières.
      Des bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s