C’était un dimanche de douceur et de soleil

Et s’en aller se promener de brocantes en vide-greniers, et parcourir sa ville du sud à la plaine, des bourgeois aux toxicos. Chercher sa place, ne pas la trouver, et avoir envie de prendre la fuite loin, loin de ce jardin d’enfants cerné d’ados sniffers.

Presser le pas, les mains dans les poches, les épaules crispées. Les sentir peu à peu se détendre et ralentir, nouer son pull autour des hanches, remonter ses lunettes noires le long de son nez. Il fait beau. Presque chaud. Les arbres, en silence, se couvrent d’un timide feuillage, qui éclate en bouquet pour bientôt nous abriter.

Et puis s’installer en terrasse, passer sa commande, ôter sa veste. Et allonger ses jambes, basculer son bassin et faire glisser son dos, offrir son visage au soleil et le remercier d’être enfin parmi nous, lui sourire et l’inviter à y demeurer.
805c9d5e9f9411e28c3122000aa80097_6

Publicités

3 réflexions au sujet de « C’était un dimanche de douceur et de soleil »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s