Cela avait mal commencé, et cela ne pouvait que mal finir …

Une journée mi-figue mi-raisin, une journée où le diable bat sa femme, et la pluie nos pavés, une journée où l’on regarde par la fenêtre, et s’exclame en cœur, que l’on serait mieux sous sa couette, que c’est vraiment trop injuste, que même les plus résistants, les plus optimistes, commencent à se plaindre, explique que ça a trop duré.

85bd20429d4c11e2bdb622000a1f9860_6Bref une petite journée de merdouille, qui nous lève toute envie, une journée que l’on termine en s’en allant faire les boutiques, faire les vitrines léchées par les gouttes, une journée où même là, malgré nos efforts, décidément rien ne vous attire.

Vous vous en retournez chez vous bredouille et amère, en évitant les flaques, les plaques d’égouts et les chutes. Vous cédez le passage à un piéton compact, pressé, déterminé, et encore plus bougon que vous. Vous vous plaquez contre le mur, et évitez le carambolage, et l’entendez à son passage ces paroles et celle-là non avec ses jambes de canard. Cela vous fait sourire, enfin direz-vous, cherchez autour de vous les gambettes et la canette, coup d’œil panoramique, personne dans votre décor, et soudain vous comprenez

fb9fa4e48c1511e288bf22000a9f13cb_6qu’il ne pouvait que parler de vous, vous en robe et New-Balance verte …

Voila, voilà

Par ailleurs, votre piéton bougon parlait à son chien, alors ce n’est sans doute pas auprès de lui que irez réclamer une séance de relooking …

Publicités

6 réflexions au sujet de « Cela avait mal commencé, et cela ne pouvait que mal finir … »

  1. Elles égaient au moins la grisaille ambiante marseillaise des derniers temps… purée, c’est vrai que çà dure. Je disais ce matin sur fb que depuis 7 ans que j’habite ici, je ne me souviens pas d’avoir eu un temps si pourri et aussi fluctuant à ce moment de l’année. Je ne sais pas si c’est moi qui trouve le temps long du fond de mon lit ou si c’est vrai. J’allais dire vivement le printemps, mais il parait qu’on y est… en théorie…

    • Non ce n’est pas toi, nous pestons et souffrons tous, cette année a été terriblement froide, pluvieuse et morose. T’as vu, je l’ai mis au passé, ça ne peut pas durer, alors j’ai décidé que c’était fini, qu’il allait faire beau, et chaud, NON MAIS !
      Des bises ensoleillées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s