Le jour où j’ai appris que le petit prince est devenu empereur

Il est des livres que l’on prête et qui se perdent, mais que jamais l’on oublie, car ils nous poursuivent bien au delà de l’instant où on les referme.

Depuis quelques années déjà j’appréciais l’écriture limpide et poétique de Françoise Lefèvre, lorsque j’ai découvert « Le petit prince cannibale ». Elle racontait son amour et son combat pour son enfant dernier né diagnostiqué autiste, cet enfant soufrant, un combat qu’ils vont mener à deux, envers et contre tous, envers et contre l’incompréhension et les critiques, envers et contre les regards suspicieux et méprisants.

Et puis cet enfant cannibale phagocyteur d’énergie, auquel il faut redonner vie, mettre au monde une seconde fois, contre l’avis des psy et des médecins qui le disent perdus, bon pour l’asile, cet enfant qui demande tant sans même prononcer un mot, cet enfant qui crie, refuse, qui vole les instants précieux et vitaux à Françoise l’écrivain. Françoise qui a entrepris la narration de la vie de Blanche la cantatrice. Françoise qui entremêle le réel et la fiction pour ne pas se perdre et se ressourcer.

Mère d’un jeune enfant moi-même à l’époque de la lecture de ce livre, je ne pouvais qu’être profondément troublée . Longtemps je me suis demandé ce qu’il était advenu de cet enfant, Sylvestre comme Françoise le nommait.

 

couvscan_le_petit_prince

Ce soir j’ai allumé la télévision. Un bel homme parlait de son enfance autiste, de ses questionnements sans fins auxquels il n’a pas trouvé de réponse. Cet homme au regard clair et profond, au sourire charmeur, au langage fluide, j’ai su sans doute aucun que c’était lui, le fils de Françoise, lui qui parlait sans fausse pudeur de l’amour salvateur de sa mère. Lui sur lequel pour lequel elle avait écrit en le nommant Sylvestre, lui qu’à sa demande a rebaptisé et ainsi extirpé de sa gangue de souffrance, lui l’artiste, le créateur, le père en devenir, lui qui a son tour a pris la plume pour témoigner, un livre hommage, un écho flamboyant à celui de sa mère « l’empereur c’est moi »

Le petit prince cannibale

Françoise Lefèvre

Actes Sud

L’Empereur c’est moi

Hugo Horiot

L’Iconoclaste

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le jour où j’ai appris que le petit prince est devenu empereur »

  1. j’ai vu le reportage ce soir et c’était très émouvant …
    je ne connaissais pas le livre tu me donnes envie de le lire 🙂
    bonne soirée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s