C’est ainsi m’ont-elles dit

Et de me souvenir de cette enfant dont le chemin ne croisera assurément plus le mien. De cette fillette pauvre, à la chevelure sacrifiée, à la beauté sauvage dont elle n’avait nulle conscience, qui se jouait des vagues, semblait se jouer de la vie, dont je m’interrogeais à quoi elle allait bien pouvoir ressembler.

4ab8b51c919c11e2bee422000a9f14ea_6

Parce qu’il est des pays où naître fille est une malédiction, parce qu’aujourd’hui en Inde, on les tue à la naissance. Parce que la naissance est un long apprentissage à la survie. Fiancée dès l’enfance, dans sa caste loin de sa famille, elle sera livrée à une autre, qu’elle devra servir. Et ne nourrir aucun espoir aucune espérance, suivre une route toute tracée, sans trop croiser de regards masculins.

Dans ce pays j’ai appris à à couvrir mes épaules, ne pas sourire aux hommes, à répondre par le mépris à leur agressivité, pratiquer l’art de l’esquive. J’ai appris les codes, à respecté les traditions. On m’a parlé de viols, et je les ai crus. Je les ai crus bien avant que l’on en parle dans nos quotidiens.

Et puis j’ai parlé à des femmes qui ne connaissaient pas le sens du mot bonheur. Elles m’ont parlé de leurs vies, se sont enquis de la mienne. Elles ne m’ont pas cru, ont cru que je plaisantais. Je parlais de divorce et de renouveau, elles m’ont parlé de coups et d’alcool, d’hommes qui sombrent, d’enfants à nourrir. Et puis elles ont ri. Comme une ultime élégance. Parce qu’il le fallait bien, parce que c’est ainsi. C’est ainsi, m’ont-elles dit, et je les ai crues.

Publicités

7 réflexions au sujet de « C’est ainsi m’ont-elles dit »

  1. L’égalité homme/femme n’est pas un combat gagné, et de voir que des pays comme l’Inde ou l’Egypte sont encore si loin de ce que nous nous pouvons connaître me révolte. Et encore, même chez nous le combat n’est pas fini. Je rêve parfois que le combat soit mené de manière unanimement terrestre. Parce que nous sommes toutes des femmes, et que chacune de nous aurait pu naître dans un tout autre univers…
    Quoi faire ? Peut être parler, communiquer, partager…

  2. Triste réalité effectivement , et pourtant c’est bien en Inde que les femmes sont si belles…
    Je crois qu’elles commencent doucement à prendre conscience qu’elles peuvent « oser » dans la vie et essayer de changer le poids des traditions. Mais il y a encore beaucoup de chemins à parcourir! Et ma révolte est mon impuissance…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s