Et je m’en suis allée au cinéma

43d7c1ca8b5211e29d0222000a1fbc0c_6

Quand il fait froid quel autre choix que de s’en aller se divertir bien à l’abri, dans une salle de cinéma. Vous vous pointez longtemps à l’avance. Etrangement d’autres que vous ont eu cette géniale idée. Vous vous glissez sagement dans la file d’attente, trépignant à l’avance de la chaleur et du plaisir qui vous attend à l’intérieur.

Bref, vous connaissez.

Nous avions discuté, parlementé, avancé nos arguments, avions fini par trouver un accord, ce soir ce serait « A LA MERVEILLE » de Terrence Malick. Terrence Malick le réalisateur hors norme, celui qui a tourné cinq films en quarante ans, puis trois en huit ans.

Ceci explique peut-être cela, ceci explique l’agacement que j’ai ressenti durant la projection. Je m’en étais allée à la rencontre d’un ovni, de l’œuvre d’un artiste sur toile. J’ai assisté à un spectacle à l’esthétique parfaite, une actrice virevoltante dans des champs, une autre aux milieu de bisons. Mais voilà tous les acteurs, bisons compris, semblaient désincarnés, et moi je faisais le marsupillami dans mon siège. Ces êtres en quête d’amour, de Dieu, d’absolu, semblent si peu y croire, que nous finissons rapidement par ne plus y croire nous non plus. Ils se frôlent, caressent vaguement, alors que l’on aimerait qu’ils se serrent s’empoignent embrassent caressent fortement. On se met à rêver de tripe de fluides, d’ici et de maintenant. On se met à comprendre qu’il n’est pas de divin sans humain, d’incarnation sans chair.

Et puis comme toujours chez Malick il est une image qui bouleverse. Moi je l’ai été par ce couple, cette femme au corps déformé par la maladie la drogue les souffrances, cette femme qui ne peut être une actrice, mais un témoignage d’une Amérique souffrante, et cet enfant miraculeusement beau qui se précipite sur elle et l’empoigne à bras-le-corps. Enfin !

Oui enfin le vrai message, le vrai sens de l’amour, l’amour qui est un besoin vital, l’amour qui nous précipite vers l’autre, envers et contre tout.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Et je m’en suis allée au cinéma »

  1. On dirait que tu t’es ennuyée les 3/4 du temps… Que dire, c’est pas trop mon cinéma non plus, je ne pense pas aller le voir ! Merci pour cet avis et le gain de temps ! xD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s