Tempête nocturne

 

Le ciel est noir, lourd et menaçant. Les rues sont sales jonchées de poubelles, les passants  luttent contre les rafales et raidissent leurs corps. Et fuir, fuir, la colère, fuir l’indifférence meurtrière, fuir les manichéennes manipulations. Et courir, courir chez soi se réfugier. Et claquer la porte au nez de la tornade. Elle ne gagnera pas.

Envelopper sa fatigue dans la douillette couette. Des tuiles roulent sur le toit. Les murs tremblent de peur, de peur de se déchirer sous les coups répétés de la tempête. Mais ma tempête se heurte à des murs.

Vient le moment de se lever, de s’armer, de fourbir les armes, d’encre et de peinture, d’écrire, de tagguer, de peindre, de changer de couleur, métamorphoser le décor

2bd431dc852e11e2afd722000a1f98d6_6

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s