Regarde les hommes tomber

Des hommes tombent à mes pieds. Des hommes maladroits, étourdis, mais pas que.  Et puis des femmes aussi, des femmes dont je fais partie.

Il est des lieux anodins et quotidiens, qui recèlent bien des dangers, nos rues, nos trottoirs ! Plaques arrachées, chaussées défoncées, margelles glissantes autant de chausses trappes, qui transforment nos promenades en trekking urbain.

Et puis il est une zone, bien connue de moi, quelques mètres carrés où avec beaucoup de grâce je me suis posée, et exclamée « y a pas de mal ». Et par miracle c’était vrai. Hormis ma fierté, que j’ai abandonnée sur la plaque mouillée, alors que je m’enfuyais loin des regards des quelques témoins, d’un déhanché voluptueux, et faire reprendre vie à mon fessier engourdi.

Depuis, vous comprendrez j’ai retenu la leçon, les jours de pluie ou de nettoyage, effectue un détour, contourne l’obstacle, harpions en éventail, pour faire ventouse.

Mais lundi matin, ce fut mon tour d’assister à ce pitoyable spectacle, de chutes en série, trois au total. Deux hommes , jeunes et solides, dont un rasta aux dreads qui ont pris leur envol, le transformant durant quelques secondes en un improbable poulpe.

Et puis au loin j’ai vu un dame, âgée petite compacte, fatiguée. Le trottoir s’est dérobé sous ses pieds. Elle a chu. Lourdement. Sur les genoux. J’ai étouffé un cri, ressentie sa douleur, suis allée à sa rencontre. Mais déjà trois hommes l’ont soulevée, avec difficulté, l’on assise, essuyée, réconfortée. D’autres appelaient les secours, dans un élan de solidarité. J’ai serré les dents. M’en suis allée signaler la dangerosité du lieu, je n’étais semble-il pas la première, et au ton employé, assurément pas la dernière. J’ai insisté, précisé que la fautive est l’huile puissamment incrustée depuis des mois, dans la matière. Et si c’était votre mère, ai-je demandé. J’ai récolté un soupir, un nous transmettrons au service concerné. Voilà. Je vais attendre. Prudemment.

74ad4aa682bd11e2979222000a1f9bc6_6-1

Publicités

2 réflexions au sujet de « Regarde les hommes tomber »

  1. Ça m’est arrivé aussi et assez souvent. La plus « mémorable » fut surement la fois où je suis allée acheter un gros plat en terre cuite pour l’anniversaire d’un ami et que sur le chemin du retour j’ai glissé sur une plaque style EDF et que j’ai entendu un gros « crac ». L’espace d’un instant j’ai pensé que c’était mon coxis qui s’était fêlé (il m’a fait horriblement mal et ce durant plus d’un mois après) mais ce n’était « que » le plat. Et le pire fut surement la remarque de l’ado derrière moi (il m’a aidé à me relever, il n’était pas si méchant) « il faut faire attention, ça glisse ». Non, tu crois ?!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s