Les pieds sur terre et la tête dans les étoiles

C’était après un déjeuner d’un jour triste comme un lundi, un déjeuner sans saveur vite expédié. Nous touillions, nos cafés sans sucre, allez comprendre, dans une belle harmonie ponctuée de nos soupirs.

Et puis, la conversation a repris. La lassitude, l’hiver qui s’éternise, les vacances encore lointaines, la crise. Et la crise qui met nos nerfs à rude épreuve, et les hommes qui sautent par les fenêtres, s’écrasent ou s’immolent sur les trottoirs. Et puis les femmes qui s’accrochent, luttent, endurent au quotidien. Les femmes ces courageuses silencieuses qui avancent parce qu’il le faut bien.

Et de nos nuits paisibles, celle du vendredi au samedi, du samedi au dimanche, et les autres troublées par des idées noires. Et les lundis, et le retour de cette boule tapie au fond du ventre.

L’une a dit, car vous l’aurez deviné, nous étions entre femmes, que cela ne peut pas durer, que ce n’est pas une vie. J’ai levé la tête, j’ai réagi, j’ai objecté que nos vies ne peuvent se résumer à nos galères, qu’elles se doivent d’être riches, que nous seules pouvons nous les embellir, que j’y œuvre au quotidien. Je dessine, photographie, parfois même sculpte, et j’écris, j’alimente ce blog. Et soudain j’ai compris. J’ai compris que ce qui peut ne sembler que futile, qu’un simple loisir, m’est en fait essentiel . Que dans la vie on a des besoins, manger, boire, respirer. Et puis d’aimer, être aimé, et s’exprimer, chacun à sa façon. Et que cela fait toute la différence.

c6980e2682bf11e2843f22000a9e0722_6

Publicités

5 réflexions au sujet de « Les pieds sur terre et la tête dans les étoiles »

  1. C’est clair, c’est ce qui fait toute la différence et je préfère, moi aussi, une vie bien pleine… Même si elle est pleine de ce que d’autres qualifient de futilités. Il est bien triste, celui qui ne voit pas le soleil derrière la grisaille…

  2. Ce que je fais qui me semble futile parfois, me fait tenir le coup et m’est vital (le mot peut paraître costaud, mais pourtant, quand on sait qui je suis…)

  3. Bien sur on connait la partition,on a juste le choix de comment va t’on jouer la note.Mais entre Clayderman et Berezowski il y a plusieurs galaxies. Je crois que nous avons choisi poulette!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s