Et le week-end, je ralentis

et je respire, je m’étire et débloque mon diaphragme. Je prends soin de moi, je me fais du bien, deviens intolérante à toute contrariété.

Le week-end, je décroche le téléphone, savoure l’instant et m’adonne à mes plaisirs. Je dors, me fais belle (enfin fais de mon mieux), me donne du temps pour ceux que j’aime et moi-même, pour mieux me retrouver.

Le week-end, je ralentis, retrouve ma vraie nature, aérienne, légère, étourdie, tête en l’air. Je perds la maîtrise … et récolte des bleus. Un magnifique violacé et en relief sur le mollet, un qui m’interdit le port de chaussures montantes, ça tombe bien il fait beau. Un que je badigeonne d’hélychryse, tout au long de la journée. Un qui va me faire me souvenir tout au long de la semaine, que putain c’était bien ce week-end, mais pas que …

40be62b078ff11e2977522000a9f308b_6
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s