De la fille qui avait cassé son rétroviseur

Moi quand je serai vieille, donc bientôt, irrémédiablement, sans espoir de retour, je veux être un rocker, me déhancher au risque de me rompre le col du fémur, montrer mon cul aux bien-pensants qui s’en iront tremper le leur dans un bénitier. Je veux tirer la langue aux bourgeois effarouchés.

Moi quand je serai vieille, donc bientôt,  je veux brûler la chandelle par les deux bouts, je veux vous brûler Je veux fumer des cigarettes rigolotes et dire merde au cancer. Je veux vous griller la politesse dans la file du City market, le samedi à l’heure de pointe. Je veux lambiner dans les rayons accrochée à mon chariot, feignant la surdité, le majeur dressé.

Moi quand je serai vieille, j’arborerai des robes à pois et des baskets fluo, des cheveux  orange, tressés en une longue et lourde natte pour faire contre poids à mon cou de dindon.

Moi quand je serai vieille, je ne serai pas sage, je serai comme aujourd’hui, mais en pire, et ce sera mieux, ce sera permis

9f5f6bf061aa11e2bd3c22000a1faf7b_6

Publicités

2 réflexions au sujet de « De la fille qui avait cassé son rétroviseur »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s