Frange ou franges

Ma frange, c’est un peu ma marque de fabrique. Gagnée de haute lutte, madame Mère estimant, tout comme les cheveux longs, que cela ne m’irait DÉFINITIVEMENT pas, que ce n’était pas pour moi, elle est apparue sur mon front  pour quinze ans, ce symbole d’émancipation, malgrè quelques tentatives vite avortées, ne m’a plus quittée.

Adolescente, je la portais comme un long épais lourd rideau cache-misère des hormones florissantes et  de mes regards renfrognés soulignés de khôl trop gras. J’avais appris à souffler sous cape, sans la décoiffer.

Puis elle se fit classique, point d’équilibre d’un carré court, vous savez ce machin chic et improbable typiquement français pour cheveux asiatiques, qui nécessité des réveils matinaux des brushings laborieux … en pure perte : la nature reprend toujours ses droits, et laisse ses bouclettes. La mienne est rebelle, et fait la nique à tous les coiffeurs.

Alors, depuis quelques années, je l’arborais courte, contrastant avec une très longue chevelure. C’était ma signature.

Depuis peu, je la balaye savament nonchalemment sur le côté. Elle hésite, se balade sur mon visage, affleure l’oeil, le caresse. Elle s’oublie entre les doigts d’un homme qui effleure mon front, en détache par maladresse une mèche qu’il dépose du bout de l’index derrière mon oreille, afin de découvrir mon regard …

Mais aux franges, je me doute que vous ne serez pas d’accord avec moi, mais c’est ainsi, tous les goûts sont dans la nature, mais les franges ne sont pas au mien. Le mien m’est propre, sans doute un chouilla trop strict, heureusement pas partagé par la majorité, le monde serait, je n’en doute pas bien triste … Mais j’insite, et aux franges, je dis NON ! Impossible ! Longues, courtes, sur les bottes, les sacs, les vestes, les pantalons, NON !!! Ce n’est pas un choix, cela n’a rien de réfléchi, c’est du pur instinct ! Vous en croisez dans la rue, et soudain vous vous transformez en Hannibal Lecter : mes doigts partent à la recherche de votre couteau suisse, dégainent les ciseaux et je cours, en imagination, derrière l’inconsciente modeuse. Et ça traîne, et ça dégouline, et ça tremblotte, une armée de séniles parkinsonniens déambulant en rang d’oignon dans un hospice des pays de l’Est !

Le comble, le sommum, l’Everest de la cagole (catégorie pour laquelle j’éprouve une réelle et infinie tendresse) attitude reste l’accessoire ou la fringue blanche à franges, trahissant de nostalgiques réminiscences de la vieille majorette qui sommeille en vous, et que jamais, malgré les injonctions maternelles vous n’avez su éveiller, jamais vous n’avez su marcher droit et en fanfare ! Car oui, n’en doutons pas secrètement, elle souffre (la fringue à frange, sans doute la majorette aussi, pas madame Mère, qui va bien, merci pour elle) ! Alors, faites un geste, rendez-lui service : Euthanasiez-la !

Publicités

8 réflexions au sujet de « Frange ou franges »

  1. Lorsque j’étais enfant j’avais un carré avec une horrible frange . des que j’ai eu l’âge de choissir ma coupe de cheveux j’i enfin fin la faire pousser et la faire disparaitre aux oubliettes par la même occassion . ! Depuis je suis allergique à toutes les franges de près ou de loin !
    Des bisous

  2. Les sacs, shoes ou fringues frangées ne me déplaisent pas mais une seule pièce à la fois ! Pourvu que ça fasse Navajo et pas Johnny, hein ? Et associé à du sobre, bien sûr ! Peu importe la frange ou pas frange pourvu que la pièce frangée soit belle. Tu l’auras compris , moi la frange je dis oui, oui, oui ! Bises et bon lundi !

  3. Je me demandais où tu voulais en venir avec ce titre… et là tout s’explique 😀 pas fana non plus des franges, ça m’évoque un peu un bobtail ou une mode squaw… Et surtout j’avais envie de te merci pour cette expression « l’everest de la cagole » 😀 !!

  4. Enfant, j’ai gardé une frange très longtemps, j’ai récidivé plusieurs années plus tard, avec un carré plongeant, puis des cheveux plus longs… jusqu’au jour où j’ai compris que la frange n’était décidément plus pour moi (je ne suis ni bouclée, ni frisée, ni lisse… juste de celles dont les cheveux n’ont choisi aucune catégorie… l’horreur quoi !).
    Par contre, sur les accessoires, je ne les ai pas abandonnées, j’aime les franges sur les bottes et les sacs, mais toujours à petite dose et pour une silhouette décalée 😉

    PS : je viens de me rendre compte que ton blog a migré !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s