Des parfums d’ici et d’ailleurs

Vous l’aurez deviné,
si vous me lisez
depuis quelques mois,
La Canebière
je l’arpente
je la fréquente au quotidien
et chaque année 
à la même période
je suis en over-dose
un trop plein
de misère
de décrépitude
d’abandon
et de crasse
Et éviter les regards
les flaques d’urine
retenir sa respiration
changer de trottoir
Fuir les regards
les bagarres
les égarés de la vie 
les oubliés de la société 
et les rassemblements avinés
Et je me raccroche à mes souvenirs
et mes rêves 
de vacances
dans ce pays lointain 
Celui qui m’attend demain
Ici 
là-bas
ce n’est pas si différent

la même pourriture
les mêmes sourires

La même violence
la même joie de vivre

et les mêmes odeurs troublantes
de putréfraction 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Des parfums d’ici et d’ailleurs »

  1. Je suis allée à marseille pour la première fois cet été et je te comprends !! J'ai pu constater en parlant avec des marseillais qu'ils ne s'y faisaient pas non plus, ça m'a rassuré un peu et j'en suis vite partie 🙂

  2. Comme je te l'avais déjà dit je crois, c'est ce qui m'avais choquée à Marseille. Mais je peut comprendre l'amour que tu porte a ta ville malgré ses défauts, comme un attachement familiale, on a une histoire avec la ville ou l'on vit, avec ses défauts et ses qualités ;)(Mais bon ça m'a convaincue de ne pas vivre a marseille par contre ^^)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s