Parce qu’aujourd’hui
j’étais romantique
longue (petite)
dame
blonde
à la silhouette

monacale
de noir vétue

Parce que l’habit fait le moine
que la robe
crée mon humeur
la forge
ou l’adoucie
dicte
sème une atmosphère
dresse le décor
de mes journées
de mes soirées

Que ce matin
de ce lundi qui va s’étirer
jusqu’à tard dans sa nuit
je me suis glissée
dans un cotonnade
un crépon
longue
fluide
douce
insaisissable
noire
monacale

Et je me vis
autre
différente
aérienne
éthérée

Je ne marche plus
je flotte
je me sens
me vis
oh combien féminine

L’ourlet
effleure
caresse mes pieds

Le soleil
joueur
traitre
dévoile
mes jambes
mon corps

révèle ce que je feins
de vouloir dissimuler

qui me rend aérienne

prend le large

Publicités

8 réflexions au sujet de «  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s