Photo#6 : cache-cache party

Oui,
bon
encore
la même
au même endroit

Mais
quoi,
faut comprendre
fait vraiment très chaud
en journée

Seules les soirées
nous permettre de respirer
donnent le sentiments
de renaître à la douceur de l’été

Alors
il me faut fuir mes toits brûlants
les troquer contre
le voisinage
d’une fontaine à débordement

Et je le vois
qui me fait face
se cache à moitié
et nous matte
longuement
à l’abri
derrière son volet

J’imagine
la pièce vide
neutre
chauffée à blanc
impersonnelle

J’imagine
sa solitude
son dénuement

Je l’imagine
envieux
de nos rires
de nos conversations
de nos renversements rétrogrades
alanguis
de  têtes

J’imagine
son regard
qui s’attarde
sur les jambes nues
des filles
qui s’offrent
à ses yeux
mais se refuseraient à lui

Il disparaît

M’a-il vue ?

Je pose l’appareil photo
feins de l’oublier

Il réapparaît
plus discret encore

Il ne peut résister
immobile
hypnotisé
par le spectacle
de la vie charnelle

à ses pieds

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s