Qui a volé l’Orange

… Je t’appelle
Oui, je t’appelle
comme toujours
lorsque je serais partie
lorsque je quitte Marseille
que je suis en chemin
pour te retrouver

je te dis quand
tu me dis où

je ne peux te donner d’heure
rien ne dépend de moi
et aujourd’hui
moins encore

une convocation
un impondérable
un bouleversement
un fracas
un truc
un machin
et tout est
compromis
bouleversé
moi y compris

et je m’enfuis
vers toi
me consoler
m’épancher
mais pas trop
juste oublier
feindre de tourner une page
passer le temps
un moment
de douceur
de rires
de filles

Bref suis en retard
je cours
n’y arrive pas
trop chargée
trop chaud
trop de monde
de bousculades

J’y suis
m’installe
je t’appelle
rencontre le vide

le cœur à l’envers
au bord du précipice
imagine
ta disparition
et personne pour m’en informer

va-et-vient incessants
entre insensé et raisonnable
tentatives avortées
d’adoption
de la solution logique
grossissant mon chagrin
frôlant la panique

Je regarde autour de moi
en quête d’un regard
d’une connivence

Rien
Indifférences ensommeillées
Acharnés du claviers
qui tapent s’énervent

et puis s’élèvent
des putains
des ça ne marche pas

des téléphones
échouent
sur des genoux
tentatives feintes
d’euthanasies technologiques

Je me sens moins seule

Tu es vivante

Mais maintenant
nouvelle inquiétude
nouvelle agitation dans mon bocal
nouvelles brouettées de bordel de brou de noix

je t’interroge
télépathiquement
comment
allons-nous nous retrouver

Tu ne me réponds pas
tu n’es pas connectée
ton réseau est saturé

Toi
mon amie
ma Tournesol mâtinée de Castafiore
celle de mon enfance
de toujours
à jamais
toi pour qui un téléphone
recèle
tant de secrets
toi qui face à lui
égraine tes chapelets de
« ça ne marche pas »
suivis de
« ces trucs-là, c’est pas fait pour moi »

vas-tu comprendre
pressentir
que je suis là
en chemin
pour te retrouver
toi l’injoignable
à portée de main
à une encablure
moi dont le fil est coupé

vas-tu m’attendre
toi l’impatiente

ne vas-tu pas
toi aussi
mettre en branle
ta machine
à spéculations

notre week-end
est en péril
sacrifié sur l’autel
du mariage
de la technologie et de la paranoïa

Et déjà
j’envisage le retour
m’interroge
attendre
combien de temps
avant que l’angoisse ne m’emporte dans ses flots tsunamiques

J’emerge
à l’air libre
étouffant sous le poids du soleil
fourmis dans les pieds
mouches sur les yeux
cachant l’empreinte des stigmates de ma bêtise
au tout venant
et à elle

qui est là
paisible
lisant un article
son magazine

Elle tourne la tête
dans ma direction
sourit
brandit
son téléphone
et je devine sur ses lèvres
noyé dans son sourire
« ça ne marche pas »

signal
sirène
autorisation
ordre
d’échappée du soupir
d’un rire libérateur
de ma boîte de pandore orange

C’était le vendredi noir
d’une femme orange
qui se croyait libre
se rêvait sans attaches
qui était liée à un opérateur
dont elle ignorait
l’inconsciente
qu’il la tenant
elle et ses petits bonheurs
dans sa main de géant orangé
qu’il lui suffisait de fermer
pour la broyer
la froisser
selon la matière
dont elle s’était carapaçonnée au levé du jour

Pour la vidéo
c’était trop facile
à la limite téléphoné
comprenez que je n’ai pas pu résister …
Publicités

4 réflexions au sujet de « Qui a volé l’Orange »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s