Nuit noire

Ereintée
crevée
exténuée
je descends la Canebière
accrochée au bras de l’amoureux
Il fait nuit
nous nous allons boire une bière
des questions plein la tête
des doutes qui me bousculent
j’ai besoin de voir des gens qui me ressemble
autour de moi
Il faut du courage
pour l’aimer cette putain de ville
on l’aimerait plus douce
moins rugueuse
moins pittoresque
plus curieuse
Mais ce soir
j’en ai marre
des mecs qui pissent
à tous les coins de rues
marre 
d’enjamber
les flaques d’urine
marre
de devoir détourner les yeux
marre 
des insultes
des bagarres
marre
de l’indifférence
J’ai le droit
j’y vis
j’ai honte
honte de moi
qui quelque fois perds la foi
qui permets à mon cerveau
de se laisser traverser 
par des propos de révolte
aux relents nauséabonds
comme ces trottoirs immondes
sur lesquels j’abandonne 
tant de moi-même
et vois naître
une moi que j’exècre  
Demain 
je prends le large
demain
nous nous réconcilierons
Mais ce soir 
Marseille
je te boude

Publicités

5 réflexions au sujet de « Nuit noire »

  1. C'est l'effet que ça m'a fait quand j'y 'ai été!au fur et à mesure, grâce à des photos que je vois, au texte que je lis, les tiens notamment…mais j'avoue que si des fois l'envie d'y retourner pour voir mes amis et y passer un week end me prend, l'envie d'y vivre beaucoup moins…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s