Je hais les enfants des parents mal-élevés !

La journée semblait mal engagée.
Il pleuvait.
Les températures avaient chuté de 18° en une semaine.
J’avais froid, pas chez moi, dans mon sac, mon 48h, 
j’avais tassées des vêtements pour fêter l’été durant 4 jours.
Au pieds des ballerines plus de saison, 
Ma bonne humeur plus d’actualité.
Bref, 
j’étais en long week-end et bougon.
Monsieur Chéri avait décidé que le ciel allait se dégager,
que de toutes manières
« ça va aller »
bref nous irions nous promener.
Bref, miracle,
le ciel s’est dégagé, 
il fait beau
il fait chaud (ou presque)
l’amoureux a gagné
mon respect
et mon sourire
ce qui, je sais c’est injuste, n’était pas gagné.
Et nous voici à Saint Maximin,
ville qui fleure bon la Provence
 que je sillonne
et découvre pour la première fois.
Suis sous le charme, 
suis heureuse,
mais vues les circonstances comment en aurait-il pu en être autrement.
Je trouve tout ravissant,
rien de chiqué,
rien de cliché.
Nous sommes ici pour faire une course, 
nous en profitons pour nous adonner au tourisme.
Ici, tout est authentique
tout se visite
rien ne se vend,
les habitants sont de vrais gens
pas des figurants.
Nous entrons dans le cloître attenant à la basilique.
J’ai une tendresse toute particulière pour les cloîtres,
j’aime m’y promener avec un ou une amie,
y flâner,
m’y asseoir
contempler
et puis lire assise sur un muret.
Dans celui-ci quelques tables désertes.
J’use de mon charme
nous nous installons
et commandons un café.
Aussitôt servi
le garçon disparait
nous laissant à notre dégustation silencieuse.

Nous sommes bien
parfaitement bien.
Inutile de se faire la conversation
nous savourons café et silence
ponctué par les roucoulades et battements d’ailes des pigeons.

Cet instant pourrait
devrait
durer une éternité.
Oui
mais voilà
la famille TrucMuche en a décidé autrement.
La famille TrucMuche, 
papa maman
pépé mémé
et les deux merveilles, deux garçonnets à boucles blondes, doués d’une capacité à faire chier son
mon monde hors du commun.
Et ça crie,
et ça s’invective,
çà court sur la plate-forme métallique/accès handicapés, 
et çà résonne
au-delà du raisonnable.
Je râle
vous vous en doutez.
Papa maman
pépé mémé
Trucmuche
réagissent,
eux aussi semblent dérangés
ils ne peuvent discuter du programme de leur journée.
Alors ils s’éloignent en nous abandonnant leur marmaille,
qui peut maintenant jouer à cache-cache
courir
et s’invectiver, en toute tranquilité.
Enfin la leur, car la nôtre 
Moi, je vous le dis,
les jeunes les vieux
les enfants les chiens les chats les pigeons
 j’aime
mais il ne faut pas qu’ils envahissent mon espace vital
lorsque je m’adonne
à la sacralité du café
au rituel du pastis
à la grand messe de la bière.

Alors à vous
les mioches
les lardons
les mouflets
les merdeux
les merdouillés
les dignes héritiers de la famille CasseCouille(s)
à vous à qui j’ai déjà abandonné sacrifié
mon brunch dominical au Pain Quotidien
vous qui avez gagné à coup de pied dans les tibias
de poussette dans les reins
de pétage de tympan
vous qui y avez renversé mon café
tourner mon lait
vous qui vous y déplacez à quatre pattes sous et sur les tables,
Je vous en prie je vous en supplie
j’ai fait preuve de grande compréhension
d’une grande sagesse
 pas élevé la voix
à peine vaguement poussé un discret soupir

A votre tour faites quelque chose pour moi :
occupez-vous de vos parents
inculquez leur la politesse
et surtout à respecter un périmètre de sécurité autour de mon verre et de ma tasse
qu’ils vous emmènent jouer et crier loin de nous
qu’ils me protègent de mes idées noires et d’infanticide
offenses à mon sens de l’humour
et à ma légendaire sérénité

Publicités

8 réflexions au sujet de « Je hais les enfants des parents mal-élevés ! »

  1. c'est vrai que les parents ont tout à refaire et ce qui est bien triste c'est que ceux sont les enfants qui en pâtissent en premier…puis nous forcément ensuite…bel article

  2. Merci d'avoir décrit mon enfer quotidien. J'habite Marseille et ce que tu décris là, c'est tous les jours que je le vis : dans le bus à te faire écraser les pieds par les poussettes avec les morveux aux mains sales qui regardent ton pantalon avec admiration, au café où tu ne t'entends même plus penser, aux supermarchés qui deviennent une seconde cour de récréation… C'est épuisant et si on a le malheur de faire la moindre remarque, on passe pour un monstre, surtout nous les femmes qui devont être génétiquement programmées pour aimer les hurlements incessants de ces petites choses.

  3. J'habite également Marseille, mais je ne pense malheureusement que l'impolitesse se limite à notre région …Ce serait trop simple … J'ai élevé 2 monstres auxquels je reconnaissais le droit de ne pas être d'accord, et de le crier haut et fort dans leur chambre, portes fermées, et de n'en ressortir qu'une fois calmés ! Non, mais !

  4. Alors déjà le café dans le cloitre j'adore tout simplement, comme toi j'aime sentir ces vieilles pierres, je trouve qu'elles sont imprégnées de "quelque chose" ^^Ensuite j'imagine que la famille bidochon au grand complet devait faire tâche dans ce lieu avec le bordel qu'elle fichait! C'est quoi leur problème aux gens hein!!!Avec ma collègue tout les samedis midi après le déjeuner on va chez un petit glacier Italien qui respire le calme, la tranquillité, on a eu UNE fois une famille comme ça, j'ai du me lever pour allez leur demander que leur fils arrête de fouiller dans mon sac et de parler moins fort! Ils avaient tellement la honte qu'ils ont récupérer leur môme et sont part! Non mais oh! j'arrive pas à me taire…pauvre de moi :)J'espère que tu auras tout de même pu profiter de ton week-end;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s