Pimprenelle à Paris : lost in Kiko

Parce qu’en vérité je vous le dis, acheter utile c’est intelligent, mais futile c’est réconfortant, une femme c’est un cerveau autour duquel il faut du joli, du blond, du beau.

Parce que par temps de pluie et de gris, je ressens un fort désir besoin de chaleur et de couleur.

Parce qu’il suffit que je prenne la sage décision de ne pas maquiller mes ongles pour partir en loooong week-end, pour que soudainement je me meure d’amour pour toute main manucurée !
Parce que les hormones çà ne se commande pas,  je n’ai pas besoin de tout justifier, je n’ai pas à m’excuser, bref, suis allée chez Kiko !
Bon, je vais être franche, dans un premier temps je me suis demandé ce que je foutais dans ce lieu bruissant de donzelles à peine pubères. Il m’a fallu du courage pour ne pas rebrousser chemin et assumer mon grand âge, et me souvenir que oui, il me fallait absolument cette éponge au konjac, que j’ai pris le métro, ai changé, marché, me suis perdue, pour la voir la toucher, et bien sûr l’acheter.

Car moi, un produit qui va se poser sur ma peau je ne peux ni veux le commander sur le net. C’est très similaire à une rencontre sur meetic : on y effectue un premier choix, mais le passage du virtuel au réel peut s’avérer, comment dire … déconcertant voire catastrophique !

Moi, il me faut sentir, palper, tester (là j’ai quitté Meetic, suis revenue aux produits de beauté !) et hésiter, chercher la bonne lumière, comparer, effacer, recommencer. Toutes les vendeuses vous le diront, je ne suis pas une cliente facile facile. Attention, pas désagréable, non pire, je suis celle qui ne sait pas exactement ce qu’elle veut, mais fermement ce qu’elle ne veut pas.

Revenons à nos moutons, ma recherche de l’éponge efface misère tout droit venue du Japon, via Milan, écolo quoi ! Au bout de quelques minutes, enfin je la déniche, l’ai dans la main, palpe, et décide que faute d’exceller pour son usage officiel, je pourrai la reconvertir en balle anti-stress de voyage … et en prends deux.

Mission accomplie je peux me disperser, et répondre aux avances des vernis (RRRHHHHOOOO 2€50 !) qui me font de l’œil, en choisis deux rouges, un pour les jours de pluie, un ben, pour les autres …

Un peu plus loin un fard à joues stick/crème dont la couleur me séduit, un tomette brique terre cuite, pour ensoleiller mon visage en douceur et discrétion.
Plus un gel nettoyant pour les mains, mais ça c’est raisonnable alors ça ne compte pas.

Résultat des courses, j’étais entrée pour une éponge, suis sortie avec un sachet ! Côté produits, l’éponge est parfaite pour moi qui aime avoir la peau douce et doit me faire violence pour limiter le nombre de gommages. Le fard est tel que je l’espérais, bonne tenue, coloris parfait. Côté vernis j’ai un peu plus galéré, je l’ai déjà dit, suis pas douée, en coloriage j’ai toujours dépassé, mais une fois surmontées la surprise et la maîtrise  du big pinceau, suis heureuse. Me voilà femme, jusqu’au bout des doigts !

Il ne me reste qu’une interrogation : dis monsieur Kiko, pourquoi est-il interdit de le photographier ton magasin, t’as peur de quoi, de l’espionnage industriel, tu veux le total respect de ton droit à l’image, celui de ton intimité, tu fait ton timide, ton pudique, tu as quelque chose à cacher ? Moi, c’était ton enseigne que je voulais flasher, mais ta vendeuse devenue cerbère m’en a fermement dissuadée !

P.S. : mention spéciale à monsieur Chéri qui alors que je furetais m’attendait sagement dans la galerie, et nous a accueillis, mes achats, ma culpabilité et moi, avec le sourire et sans remarque désobligeante

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s