Les Sublimes … et moi

Suis pas jalouse, mais elles m’énervent toutes ces nanas, les jolies, les naturellement belles, les presque parfaites, les simplement sublimes. Certaines d’entres elles sont intelligentes, ont du talent. De plus celles qui se payent le luxe d’être gentilles, complices sans condescendance tout en ayant de l’humour, alors là, je vous l’avoue, je les aime, et c’est insupportable.

Et puis, y a moi, moi qui à côté d’elles me vis comme un pachyderme  en tutu tout droit échappé d’un Fantasia, moi, la Liliputienne dans l’ombre d’une diva, moi, commune et mortelle si vulgaire à côté de ces déesses, moi dont les seules qualités sont le mérite et la persévérance.
Certaines, les plus proches se confient, et toujours la bouche en cœur, la moue mutine, sans paraître stupide pour autant, sur leurs angoisses, et leurs problèmes, car elles aussi sont humaines. J’en ai connue une, qui un jour, vêtue d’un débardeur arachnéen, sans soutien-gorge bien sûr,  micro-short sans être vulgaire, me confia un grand secret ; joignant le geste à la parole, elle déploya sa longue jambe, s’arque-bouta en arrière, et me demanda de constater, que là, oui là à la lisière entre la fesse et la cuisse, sous un certain angle, au soleil rasant, se devinait une amorce de peau d’orange. Moi je n’ai rien vu. J’ai un reste de fierté, et n’allais pas lui demander d’attendre que j’aie chausser mes lunettes afin de recommencer.

Chez les Sublimes, le capitonnage est réservé au canapé, en lin blanc, car cela va sans dire elles n’ont pas d’enfant, ou alors une avec un nom de fleur, une fille, une choupinette, toujours propre polie  souriante et évidemment belle.
Et moi, je m’échine à huiler, poncer, épiler, et recommencer

Ces filles, devenues femmes, ne connaissent pas de problème de gestion de la pilosité, elles sont glabres, semblent être entrées en puberté le maillot sponsorisé par la RTP, alors que moi j’ai le poil stupide, qui ne retient pas qu’il lui faut pousser au même rythme, et suivre un sens unique pour faciliter le travail à la cire, et me débats au quotidien, pince à épiler à la main, .
Leur peau n’est jamais sortie de l’enfance, leurs joues en a gardé le bombé, leurs seules rides sont d’expression, ne rajoutant que du charme à leur beauté. Alors qu’elles se reposent et dorment, leur unique secret, moi, je suis sur le net et cherche des élixirs des baumes, puis en cuisine confectionner des masques dans le fol espoir de réparer les dégâts.
Bref, vous l’aurez compris, je les envie. Mais les remercie aussi d’exister et de semer dans ma vie de la magie et du divin, des étoiles dans mes yeux, et d’être mes amies.
Publicités

7 réflexions au sujet de « Les Sublimes … et moi »

  1. La beauté c'est dans la tête! C'est un peu niais de dire ça, mais je suis comme toi à regarder toujours les autres filles que bien sûr je trouve plus belleS que moi. Mais au final en y réfléchissant bien ce sont les valeurs, la personnalité qui compte. On est juste dans une enveloppe charnelle mais au delà de ça on existe par notre capacité à réfléchir, aimer et partager.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s