Mes chaussures ailées pour courir plus vite

Je ne sais pas vous, mais moi, souvent, je pense que l’adolescence a été inventée juste pour rabattre le caquet aux adultes, et leur lever toute velléité de redémarrer la grande aventure de la procréation sur le tard.

Je m’explique, et vous donne pour démonstration, ma dernière expérience en date …

Par confort ou par bravade, je me suis décidée à chausser mes baskets … que je ne mettrais jamais pour de meilleures raisons.

Et durant ce week-end Pascal, vous auriez pu me croiser en petite robe noire arpentant les rues aixoises, les vides-greniers, les brocantes, légère, fière et bondissante.

Enfin de retour, sirotant mon thé vert, fumant ma clope, me prélassant sur mon canapé, pieds croisés sur la malle faisant office de table basse, repue de jolies choses et de beaux souvenirs, baillant aux corneilles, tête dans les étoiles, quand soudain et intempestivement le pseudo ado fait son apparition. Un baiser coup de tête, suivi d’un grognement, que dans ma grande bonté, et pour la compréhension de la suite de ma narration je vous traduis « T’as mis des baskets ? », (joignez-vous à moi dans l’extase : il nous a vu mes chaussures et moi) je confirme d’un « viou » prudent. « Et tu fais du sport ? », « …. », « Ben, oui, tu sais, tennis, jogging, squatch ?… ». Oh minot, tu me les lâches mes Nike ! Suis ta mère, j’ai droit à mon jardin secret !

Lendemain, surlendemain, vous vous en doutez, même scène, mêmes protagonistes, même dialoguiste. Je m’obstine.

Alors, me voilà à expliquer à ce petit c…, mon fils adoré, , qu’après avoir du me battre durant des années contre des « tu compte sortir comme çà ? Vas te changer ! » paternels, remplacés par « ferme ce bouton, on voit tes seins, on dirait une pute » maritaux, et ayant enfin résolu ces problèmes par une croissance et un divorce réussis, je ne vais pas ce jour reprendre le combat, et le laisser faire un procès, et le permettre de juger mes shoes.

Alors non, je n’ai pas de licence, mais sachez que je milite pour la paix des arpions et la tranquillité de mon esprit.

Bon, et pour vous prouver, au cas où vous en doutiez, que moi aussi je puis être désagréable, je l’ai envoyé vers de plus verts pâturages, autrement dit … ranger sa chambre …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s