Le temps ne fait rien à l’affaire

Depuis quelques jours, car je vous lis, je vois fleurir des articles sur le vieillissement, son lot d’angoisses et de questionnements écrits par des jeunes femmes à l’orée de la trentaine. J’en souris, car à en croire une certaine presse féminine, je serais une encore belle, qui a de beaux restes, vivant dans un no woman’s land celui entre deux âges, où l’on ne m’appelle plus mademoiselle sans pour autant me céder un siège dans le tram, et qu’approche la date de péremption, au-delà de laquelle je ne serai plus consommable.


Par ailleurs, et pour faire contre-poids, une rumeur, colportée par mes amies à l’objectivité étymologiquement légendaire, veut que je ne fasse pas mon âge, qu’on ne me le donne pas, que je semble, fais, parais et autres balivernes … démenties par mes enfants, et amants vieillissants.  L’ouïe et la vue baissent, permettant ainsi de faire fi des vérités chuchottées à mon sujet, et de flouter les méfaits du temps et de la cigarette sur ma face. La vie est bien faite, n’est-ce pas ? 


Mais soyons lucides, presbytie, rides, ptôse, cheveux blancs, me frôlent me caressent, prémices et des promesses d’un avenir pas des plus folichons, et parfois, fugacement me plombent le moral et …



Faisant mien le proverbe Shadok, qui m’excuseront que je les pompe,  voulant que « s’il n’y a pas de solution il n’y a pas de problème », j’ai décidé de faire avec , ou plutôt sans …  

Attention, entendons-nous bien, je ne pas baisse les bras, suis une coquette, et lutte contre la pesanteur, et envisage un petit régime, cours régulièrement … de la (para)pharmacie à la parfumerie, en quête d’onguents et vitamines.

Ma vie n’a pas été une suite logique, j’ai fait des choix, en ai subi certains, j’ai appris de tomber, me relever et rebondir, à accepter l’insensé, affronter l’injustice, que l’on pouvait aimer plusieurs fois, et être solide et légère à la fois.  


Vous vous posez la question de mon âge ? A quoi bon vous répondre, sachez que je suis une femme avec une âme d’enfant


Vous voulez connaître mes secrets, qui n’en sont pas ?

Rire et sourire, parler et partager, danser et faire l’amour, dépasser ses limites, être curieuse et jamais satisfaite, cesser de se tourmenter et perdre son temps au sujet de celui qui est passé et ne se représentera plus. Ceci n’est pas la recette du bien vieillir, seulement du bien vivre. 





Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s