Les beauty’s secrets de Pimprenelle, ceux qui marchent et les autres aussi

Voilà, je vais mieux, les casseroles que je traînais sont aujourd’hui récurées, et veux aller tout simplement bien. Et pour cela il me faut employer les grands moyens et direction la salle de bain.

Avant toute autre chose, faire face … à poil au miroir. Bon, le tableau n’est pas si noir, mais fallait s’y attendre et être honnête, y a du boulot. Hardi Pimprenelle !

Je commence par me faire couler un bain. Et chaud, très chaud, et avec des aspirines, et des huiles essentielles ; et pas de cannelle, comme pour cet amoureux qui finit ardent comme un chardon, et qui m’en veut encore. Enfin, sans nouvelles, je ne peux que l’imaginer. Quelques gouttes de lavande feront l’affaire.

Dans l’attente du remplissage, je me concocte un petit masque capillaire, et pas à la Nivéa, qu’il a fallu quatre shampooings pour m’en débarrasser, non, un  maison : du miel d’accacia, de l’huile d’olive, et un peu d’eau, je mélange et pose. Il en reste, faut pas laisser perdre, aller sur le visage.

Je plonge, baigne, trempe, flétrie, tout en lisant.

Je syphonne, me douche, et gomme au gant de hammam.

Maintenant une petite épilation s’impose. Et pas à la Veet, à laquelle je me révèle allergique, et m’envoie e aux grands brûlés, ni à la cire orientale qui y a expédié une casserole. Vous n’avez jamais été douée en cuisine. Paix à son âme.

Un peu d’huile sur la peau humidifiée.

Je me sèche les cheveux, ben falloir s’en occuper. C’est la période des changements, mais aussi celle de tous les dangers. Oui, je permets de vous gosser de mes maladresses. Elles sont nombreuses et légendaires : vos cheveux sont passés par toutes les couleurs, et il fut une époque où vous ne pouviez en déterminer la couleur originelle. Et vous êtes passée du roux, dans toutes ces nuances au brun et toujours au henné. L’eau de mer a rajoutée sa nuance, de vert du plus bel effet. Et de recommencer le brun, et se lasser, tenter le blond, très bien sur les racines, les longueurs elles résistent et demeurent brunes. L’eau de la piscine, nouvellement javelisée va se charger d’en accentuer les nuances. Et la teinture, pourquoi ne pas y avoir songer va résoudre le problème. Pourquoi ne pas y avoir songer avant ? Et c’est une fois posée sur le crâne, que l’odeur, mais c’est bien sûr, me fait me souvenir : allergie et chute en masse de follicules pileux.

Alors, je me calme, éloigne toute tentation, ciseaux compris, et décide de bien y réfléchir.

Et pour finir, un petit maquillage. Oh Oh Oh, léger. Et on allume les spots, se met bien dans la lumière, et chausse les lunettes de temps à autre pour vérifier l’avancée des travaux. Des couleurs, au nombre de deux : noir et rouge, et estompées. Il faut que cela résiste, la nuit va être longue, je pars danser, boire et puis rire, et me faire du bien.

Maintenant, je suis prête. Mon week-end peut commencer. Je vous le souhaite joyeux à vous aussi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s